Home / Le saviez vous? / Repenser l’économie avec le bitcoin

Repenser l’économie avec le bitcoin

Pensez a laisser un commentaire, une surprise vous attend !

Heberger image LexWeb consacré cyberjuriste de l’année 2015 par l’ADIJ

Repenser l'économie avec le bitcoin

“Servir les intérêts du peuple avant ceux des entreprises ou des gouvernements” : c’est sur cette idée qu’un énigmatique informaticien du nom de Satoshi Nakamoto, a créé une monnaie virtuelle, le “bitcoin”, en réaction à notre système économique qui fut à l’origine de la crise financière des subprimes de 2009. Si le bitcoin suscite actuellement un certain engouement sur la toile, il n’a été découvert du grand public que tardivement grâce au démantèlement de la “Silk road” (route de la soie) qui permettait sur le Darknet1 l’achat et la vente, grâce au bitcoin, de drogue, d’armes, de médicaments, ou bien encore de contenu pédopornographique, etc. Si cette économie souterraine permet aujourd’hui aux internautes d’acheter des biens de consommation courants2, cette nouvelle monnaie n’est cependant régulée par aucun État ni aucun établissement financier, ce qui suscite certaines inquiétudes quant à la légalité de sa circulation. Alors le bitcoin est-il un moyen de paiement révolutionnaire ou une monnaie sans avenir ?

Le bitcoin : comment ça fonctionne ?

Créer le bitcoin pour vous permettre de régler des transactions sur Internet sans l’intervention des banques et des marchés financiers, tel est le but des “mineurs”. C’est le nom donné aux internautes dotés de bonnes connaissances en informatique qui ont décidé de se lancer dans l’aventure bitcoin. Après s’être équipés de puissants ordinateurs et avoir téléchargé le logiciel d’échange peer-to-peer de bitcoins, les mineurs génèrent cette monnaie virtuelle, qui grâce à une opération de cryptographie complexe assure la sécurité de l’envoi d’un bitcoin d’une adresse vers une autre (la création de bitcoin se nomme le minage). En contrepartie de leur travail les mineurs reçoivent la coquette somme de 25 bitcoins au titre des frais de transaction.

Par ailleurs, si les comptes des utilisateurs sont cryptés et anonymes, il n’en reste pas moins que les achats et les ventes en bitcoins sont sécurisés grâce au “block chain”. Il s’agit d’un registre public des transactions effectuées permettant de sécuriser le bitcoin en informant l’ensemble des utilisateurs sur la répartition exacte des bitcoins en circulation. Pour éviter toute augmentation démesurée du prix du bitcoin, à l’image de l’or à l’époque du Far West ou du prix de la tulipe en Hollande au XVIIème siècle, la monnaie virtuelle a été programmée pour que la difficulté du minage augmente avec le temps et que l’émission de nouveaux bitcoins diminue de manière à ce que le nombre total d’unités en circulation ne puisse jamais dépasser 21 millions. Ainsi, s’il reste moins concret que des billets de banque, le bitcoin est aussi moins falsifiable que ces derniers.

Le bitcoin : l’argent du futur ?

Trop beau pour être vrai ? Certains pensent que le bitcoin n’a aucun avenir et qu’il s’agit tout simplement d’une escroquerie. Pour d’autres au contraire, le bitcoin est la monnaie du futur. C’est notamment le cas des frères Winklevoss, célèbres pour s’être fait voler l’idée de Facebook par Mark Zuckerberg, et qui souhaiteraient créer une bourse du bitcoin, lui permettant de se défaire de sa mauvaise réputation. En effet le bitcoin serait à l’origine de fraudes telles que des chaînes de Ponzi3 et servirait au blanchiment d’argent. Si cette bourse voit le jour, elle permettrait l’accès au bitcoin au plus grand nombre, mais dans le même temps ferait perdre l’anonymat de ses utilisateurs, ce qui ne serait pas pour déplaire aux gouvernements et aux banques.

D’autres scénarios sont également envisageables concernant l’avenir du bitcoin : soit sa disparition totale, s’il ne réussit pas à s’imposer comme monnaie alternative et au final n’aura été qu’un phénomène de mode, soit au contraire son expansion, s’il prend de l’ampleur et devient une monnaie à part entière permettant de court-circuiter les instances financières. Il peut également être la solution pour des pays en difficulté économique qui verraient dans le bitcoin le moyen d’échapper à la crise en remplaçant leur monnaie en cours par cet argent virtuel.

Et si le bitcoin faisait des émules à l’image du solarcoin ? Dans un but écologique, la SolarCoin Foundation délivre à tous ceux ayant prouvé qu’ils ont produit de l’énergie solaire grâce à des panneaux photovoltaïques, une crypto monnaie utilisant l’architecture technologique du bitcoin et baptisée solarcoin. N’ayant aucune valeur, le solarcoin n’a qu’une fonction symbolique afin d’amener le monde vers une énergie propre.

Et vous ? À quand votre prochain achat en bitcoins ?

 LW

  1. Face cachée d’Internet accessible grâce au réseau Tor, et permettant de se procurer des produits illégaux []
  2. Achat en 2010 par un américain de deux pizzas contre 10 000 bitcoins []
  3. Montages financiers frauduleux qui consistent à rémunérer les investissements des clients essentiellement par les fonds procurés par les nouveaux entrants []
Bitcoin lexweb

About LW

Check Also

Yellow cab on the sunset with the defocused people. Shallow dof.

UberPOP : du taxi à l’avocat

LexWeb consacré cyberjuriste de l’année 2015 par l’ADIJ Manifestation, blocage de la circulation, violences… Qui ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce blog est dofollow !