Plagiat

Compilatio la solution anti-plagiat

Compilatio

Ces dernières années les cas d’actualité mettant en scène des étudiants sanctionnés pour plagiat sont nombreux à l’image de l’affaire qui a éclaboussé l’Université Paris 1 l’été dernier.  Toutefois, comment cela est-il encore possible alors qu’il existe un logiciel anti-plagiat censé être utilisé par les enseignants. Il s’agit du logiciel Compilatio la solution contre la contrefaçon des devoirs rendus par les étudiants et notamment des thèses et des mémoires. L’équipe de Compilatio a eu la gentillesse de répondre aux questions de LexWeb.

 

1/ Pouvez – vous nous dire comment est né le projet Compilatio ?

 Compilatio est né en 2005. D’abord pensé comme un outil de détection de similitudes dans les textes permettant d’identifier les fraudreurs-plagieurs, Compilatio propose aujourd’hui des ressources variées pour détecter, mais avant tout, prévenir le plagiat. Compilatio s’inscrit dans une démarche réellement pédagogique.
Extrait du témoignage de Frédéric Agnès, fondateur de Compilatio :

« Les utilisateurs de Compilatio ont d’abord été séduits par la possibilité de traquer les tricheurs. Ils sont aujourd’hui sensibles aux outils et services proposés pour créer un environnement qui encourage l’adoption des valeurs d’intégrité et de citoyenneté, notamment numériques. Ils ont conscience que le plagiat n’est pas un mal passager à éradiquer, mais une tentation profonde que chaque individu doit apprendre à dépasser […] » En savoir plus sur la société Compilatio en cliquant ici.

2/ Pensez-vous que le plagiat est devenu une norme pour les étudiants avec le développement d’Internet ?

À la fin des années 90, le développement d’Internet a modifié les manières de travailler et de mener des recherches documentaires. Avec un savoir désormais entièrement à portée de clic, les formes de triches se sont considérablement diversifiées. Et le phénomène est une fois de plus accentué avec la crise sanitaire mondiale de 2020. Nombreux sont les établissements de l’enseignement à dénoncer une hausse inquiétante des cas de plagiat, due à l’essor de l’enseignement à distance et de l’hybridation des apprentissages. > Hausse préoccupante du plagiat, Le journal de Montréal > Catastrophe annoncée en éducation, Le Devoir

    Ces constats nous amènent à affirmer que « le plagiat n’est pas un mal passager ». En effet, on ne peut pas prétendre éradiquer cette fraude, car c’est chaque année, qu’il faut enseigner aux nouveaux étudiants, les bonnes pratiques de recherche, de rédaction et de citation. L’objectif est de former, de sensibiliser et d’amener vers plus d’intégrité académique et de citoyenneté numérique au fil du cursus scolaire.

3/ Compilatio s’adresse-t-il uniquement aux étudiants ?

Compilatio s’adresse en premier lieu aux acteurs de l’enseignement, c’est-à-dire à tous les établissements scolaires et également à tous les  étudiants.
Magister est le programme de prévention du plagiat qui s’adresse aux instituions de l’éducation. Avec Magister, les enseignants accèdent à des outils d’aide à la formation et à l’évaluation : conférences en ligne d’information, supports de communication préventive, articles de conseils et bonnes pratiques,
sessions de formation, outils d’apprentissage clé en main, logiciels détecteurs de « copier-coller »…
Studium s’adresse directement aux étudiants. C’est une aide à la rédaction et à la citation. Avec Studium, les étudiants accèdent à une boîte à outils pour mieux comprendre ce qu’est le plagiat et comment l’éviter. Ils s’informent sur la théorie concernant la recherche documentaire : normes de citations, construction d’une bibliographie… Ils disposent ensuite du logiciel Studium pour détecter les textes similaires à des sources Internet dans les travaux de rédaction. Cela permet de vérifier que toutes les sources externes détectées sont bien citées et référencées avant rendu.

4/ Quels sont les documents qui font le plus fréquemment l’objet de plagiat ?

À l’heure où quasiment tout est accessible sur Internet, tous les travaux d’étudiants amenant une réflexion personnelle et/ou un travail de recherche sont susceptibles de contenir du plagiat : dissertations, essais, mémoires, rapports de stage, thèses, fiches de lecture… Aujourd’hui quel élève ne connait pas la fameuse fonction « Ctrl + C/Ctrl + V » ? Aujourd’hui quel étudiant ne tape pas son sujet sur un navigateur avant même d’entamer sa propre réflexion ?
Ces pratiques étant désormais connues, il est primordial que les enseignants créent d’un cas de plagiat, une opportunité pédagogique. En gardant en tête quelques exemples d’astuces, ils peuvent faire en sorte qu’il soit plus difficile de plagier que de faire le travail :
– clarifier les consignes : à chaque travail, rappeler que le plagiat n’est pas toléré
– proposer des sujets originaux qui ne pourront être repris directement sur le net ou auprès d’un ancien étudiant
– instaurer une restitution orale pour s’assurer de l’assimilation des connaissances par l’étudiant
– fournir directement une liste de référence à lire, interpréter et argumenter

5/ Comment Compilatio permet de déterminer ce qui est plagié ou non dans un texte écrit par un étudiant ?

Il est primordial de rappeler que Compilatio met en avant des similitudes et non du plagiat.

L’algorithme de Compilatio fonctionne en deux phases : une phase de recherche de sources, puis une phase de comparaison.

La première phase de recherche de sources consiste à lire le document et à rechercher dans nos bases documentaires et sur Internet, des documents présentant des similitudes avec le document analysé. Ces documents retrouvés sont appelés des sources et sont ensuite hiérarchisés dans la seconde phase de comparaison, suivant leur taux de similitudes retrouvées.

Après comparaison, nous présentons ces résultats sous forme d’un rapport dans lequel sont affichées les sources détectées par ordre d’importance. Une jauge correspondant au taux de similitudes retrouvées par rapport au document analysé apparaît en face de chaque source. Les offres Magister et Copyright permettent en plus de consulter le détail des similitudes retrouvées dans une vue en face à face.
D’après la FAQ Comment fonctionne l’analyse d’un document ?

L’interprétation du résultat reste à l’appréciation de l’utilisateur. Compilatio indique un pourcentage qui représente un taux de similitudes de texte retrouvé à l’identique dans le document et dans une source externe. Ce pourcentage inclut par exemple des citations qui potentiellement déjà référencées dans le document. Il ne s’agit donc pas d’un taux de plagiat. Il revient à l’utilisateur de prendre connaissance du rapport d’analyses pour connaître la provenance de ces similitudes et évaluer s’il s’agit ou non de plagiat.

Les sources détectées peuvent provenir de plusieurs canaux, suivant le type de compte Compilatio que vous possédez (Magister/Studium ou Copyright) :

  • Issues de notre propre base de données
  • Issues de documents en libre accès sur Internet
  • Éventuellement, issues de certaines bases documentaires d’établissements ou certaines bases documentaires Internet.

L’étude approfondie des passages « similaires » détectés par Compilatio dans un texte permettra à l’utilisateur d’apprécier si le document a été plagié ou non.

D’après la FAQ que peut-on considérer comme du plagiat ? Et comment interpréter la jauge de résultats d’un document analysé ?

 

Merci à l’équipe de Compilatio pour cette interview . Vous pouvez retrouver les services de Compilatio ici 

Express Your Reaction
Like
Love
Haha
Wow
Sad
Angry

6 réflexions sur « Compilatio la solution anti-plagiat »

  1. Le site et l’offre sont très intéressants, si j’ose dire. Surtout que les mémoires et les thèses sont la finalité de son parcours, on doit le prendre au sérieux. Donc tout doit être bien pensé, etc.

  2. C’est top, car cela réconfortera certainement les rédacteurs d’articles, de livres, etc. dans chaque domaine. Seulement, on devrait déjà savoir ce qu’il nous attend face à cela (je parle pour les étudiants là).

  3. Bonjour Clarisse,

    Les étudiants risque gros. La sanction peut éventuellement être des dommages et intérêts et jusqu’à deux ans d’emprisonnement et 150 000 € d’amende.

  4. Top, c’est une excellente nouvelle pour certaines personnes, mais pour d’autres c’est une grande déception. Quoi qu’il en soit, je trouve que l’outil va devenir indispensable en ce moment. Merci beaucoup pour votre partage.

  5. C’est une bonne chose, oui. Mais comme on risque gros, surtout pour les étudiants comme vous dits, n’est-ce pas logique de définir exactement ce qu’on appelle plagiat ? Je veux dire, dans quelle situation on pourrait qualifier un texte de plagiat ? Des fois, je vois des articles différents qui sont similaires, c’est normal ça ? Notamment, si on ne doit pas copier les textes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *